Dimanche 28 novembre 2010
Extraction de sable coquillier : absence avis de la DREAL

Une note jointe au dossier d'enquête publique précise que la DREAL n'a pas fait part de ses observations dans le délai imparti, ce qui emporte de fait un avis favorable.
Ci-joint courrier transmis à la DREAL sollicitant une copie de l'analyse réalisée.

Madame la Directrice Régionale
Direction de l’Environnement, de l’aménagement
et du logement
L’Armorique
10 Rue Maurice Fabre
CS 96515
35065 RENNES Cedex

Trébeurden, le 26 novembre 2010

Objet : Projet d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion

Madame la Directrice,
Les bancs de maërl sont protégés par la directive européenne 92/43 en tant qu’habitats naturels communautaires. L’interdiction du prélèvement du maërl est programmée à partir de 2013. C’est en prévision de cette interdiction que la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN) basée à Pontrieux, issue du groupe Roullier, est à la recherche de nouveaux gisements de substitution ; le sable coquillier fait partie de ses convoitises.
La CAN a déposé une demande de concession minière, d’autorisation domaniale et d’autorisation d’ouverture de travaux, d’exploitation sur le gisement dénommé « la dune de Trézen Ar Gorjégou », qui est composée de sable coquillier, à proximité immédiate de Trébeurden, à 1 km de la zone Natura 2000 des 7 Iles.

L’enquête publique s’est déroulée du 25 octobre au 25 novembre 2010 dans les 13 communes concernées. Le dossier présente de nombreuses incohérences, contre-vérités, omissions, études d’impacts imprécises notamment sur la biodiversité, la courantologie, la proximité et les conséquences sur la zone Natura 2000, la protection des oiseaux. Les nombreuses anomalies relevées ont fait l’objet d’une communication au commissaire-enquêteur.

Mon attention a été attirée par une note jointe au dossier d’enquête publique qui précise que la DREAL n’a pas fait part de ses observations dans le délai imparti, ce qui emporte de fait, un avis favorable par défaut. Il apparaît cependant, que vos services ont réalisé cette étude. Aussi, au nom de notre association, et afin d’agir en parfaite connaissance de cause, il me serait agréable d’obtenir une copie du rapport d’analyse rédigé par vos services lors de l’instruction de ce dossier. Une copie électronique aura ma préférence.

Permettez-moi de vous faire part de mon étonnement qu’une telle demande d’extraction de sable coquillier de 8 millions de m3, sur une période de 20 ans, n’aurait pas fait l’objet d’une analyse détaillée de la DREAL compte tenu de toutes les conséquences prévisibles que cela provoquerait.

A cette absence, s’ajoute une autre : celle de la carte géographique établie par le Comité Local des pêches de Paimpol qui relève le conflit d’usages entre les pêcheurs professionnels et le projet convoité par la CAN : il s’agit du même périmètre d’intervention.

Dans le cas regrettable où cette concession serait accordée, les conséquences de cette extraction seront très importantes pour :
les pêcheurs professionnels –disparition de ce périmètre de travail-
la biodiversité –destruction irréversible de la faune et de la flore due au panache turbide permanent-
le littoral -érosion de toute la côte (par exemple : Trébeurden, reconstruction de la digue de la plage de Tresmeur, Ile grande, disparition du chemin piétonnier, Trégastel, forte érosion de la dune de la Grève Blanche, maigrissement des plages, etc…).

Un autre point d’une grande importance mérite d’être souligné : l’absence d’une étude préalable à toute décision sur la faune et la flore. Les pêcheurs professionnels prélèvent les lançons à cet endroit pour garnir leurs lignes pour capturer bars et lieus. Le dossier d’enquête publique indique, tout simplement, qu’un suivi quinquennal sera mis en place. Comment comparer un suivi quinquennal avec une situation initiale qui n’existe pas ?

Dans l’attente de vous lire prochainement,

Je vous prie d’agréer, Madame la Direction, l’expression de ma considération distinguée.

Alain Bidal
Président de Trébeurden Patrimoine & Environnement
Association agréée de défense de l'environnement N° 223000348